Dépistage du cancer du col de l'utérus

Cet article est écrit pour nous rappeler qu'il est bon de faire des examens de surveillance en préventif.

Si toutes les femmes entre 25 et 65 ans faisaient un frottis de dépistage tous les trois ans, " le cancer du col de l'utérus n'existerait presque plus ", assure l'institut national du cancer (Inca). Pourtant, 40 % ne se soumettent pas à cet examen régulièrement et ce taux atteint 50 % en outre-mer, faute le plus souvent d'un suivi gynécologique.

Une femme sur deux de plus de 50 ans ne pratique pas le dépistage, alors que la moitié des cancers surviennent après cet âge et qu'il est faut de penser que la ménopause éloigne le danger.

Rappelons que chaque année, en France, 3000 nouveaux cas de cancer du col de l'utérus sont diagnostiqués et 1000 décès lui sont imputables.